croyance limitante representation

Se libérer de nos croyances limitantes : mode d’emploi  

Notre façon d’agir et de penser dépend en grande partie de nos croyances. Nous ne cessons d’avoir des pensées et ces dernières nous permettent de lire le monde. Mais elles ne sont pas toujours justes, pouvant alors fausser notre vision de l’extérieur. Il faut donc parfois savoir se détacher de nos croyances, prendre du recul et mieux interpréter nos pensées.

Pouvant être néfastes pour notre développement, ces croyances réduisent finalement nos chances de réussir. Elles nous freinent et nous empêchent d’avancer. Que ces croyances soient là par habitude, par méfiance, ou suite à un traumatisme, elles nous font croire que l’échec n’est pas loin. Nous restons alors dans une position de confort et nous n’avons pas envie d’aller plus loin, ni même d’essayer. Mais en écoutant nos croyances, nous ne pouvons pas atteindre nos objectifs et notre vrai potentiel.

Si des barrières se forment, c’est souvent à cause d’un passif lourd. Nous portons tous en nous les stigmates de notre passé. Le présent et l’avenir dépendent finalement tous deux de notre capacité à nous détacher du passé.

Les croyances limitantes freinent nos vies

Les croyances limitantes ne cessent de devenir de vrais obstacles à notre quotidien. Pour notre développement personnel ou nos objectifs de vie, les croyances limitantes sont des excuses pour ne pas aller au bout des choses. Que ce soit pour faire face à une relation amoureuse compliquée, pour un changement de carrière professionnelle ou un déménagement par exemple, nos croyances nous empêchent de passer sereinement ces étapes.

Des freins se mettent alors en place, que ce soit en nous faisant croire notamment que la situation est trop difficile ou trop contraignante. C’est finalement en sortant de sa zone de confort et en acceptant de prendre des risques que l’on se rend compte que ces croyances n’étaient pas fondées. Pour que ces dernières ne deviennent pas un frein à notre développement personnel, il est important de relever les croyances limitant nos actions. Une fois ces croyances reconnues, il devient plus facile de les affronter et tout faire alors pour les dépasser.

Certains diront que les croyances limitantes sont souvent développées chez les femmes, pourtant il n’en est rien. La peur d’échouer reste aussi présente chez les femmes que chez les hommes.

Dépasser ses croyances limitantes

À partir du moment où l’on sait qu’une personne développe des croyances limitantes, à cause de son histoire personnelle ou de ce que lui impose la société, il devient plus facile de les dépasser. Elles peuvent d’ailleurs se classer dans trois catégories : l’impuissance (je ne suis pas capable de faire cela), le désespoir (cela ne changera rien de toute façon) et la dévalorisation (je ne mérite pas cela).
C’est plutôt la troisième catégorie que beaucoup de personnes développent. Véritable frein psychologique, cette barrière peut être dépassée en prenant confiance en soi et en développant régulièrement des affirmations positives. Pour cela, efforcez-vous de lister tout ce qui vous arrive de bien au quotidien.

Souvent, les pensées limitantes sont le fait de se dire que l’on ne tombe jamais sur la bonne personne en amour, que l’on attire les personnes compliquées, que l’on n’est pas doué dans un domaine, que l’on n’a pas le droit à l’erreur ou encore que l’on doit s’occuper de telle personne. En s’infligeant ce genre de pensées, on s’ajoute une pression supplémentaire. Il n’est donc pas utile de suivre ces croyances, car elle ne révèle pas la vérité.

Comment se détacher de ses croyances pour être heureux ?

Il est tout à fait possible de modifier nos croyances, voire de les supprimer complètement. Pour ne plus les subir, voici quelques éléments à mettre en place dans son quotidien :

  1. Commencez par relever vos croyances limitantes. Prenez conscience de leur existence, car cela est déjà une première étape importante dans votre volonté de faire évoluer votre vie. Parfois, un coach pourra vous aider à relever ces croyances enfouies.
  2. Essayez de comprendre la cause de votre souffrance. Votre état est forcément lié à un événement passé. Vous pouvez par exemple aussi vous faire accompagner pour commencer à réaliser une thérapie si vous le souhaitez.
  3. Développez des pensées positives, en contrant les pensées négatives. Cette méthode est simple : à chaque pensée négative, efforcez-vous de penser à quelque chose de positif. Aussi nommée la méthode « Coué », cette pratique vous efforce de croire en vos capacités pour ne pas vous arrêter à votre simple pensée. Elle permet également de positiver, pour attirer plus de chance et d’opportunités dans votre vie. Si développer des pensées positives demande un véritable effort au départ, cela deviendra ensuite de plus en plus automatique.
  4. Tout faire pour sortir de sa zone de confort. C’est souvent par peur de l’inconnu que nous ne voulons pas nous tourner vers le changement. En se détachant de la peur de l’échec, en partant du principe qu’il vaut mieux essayer et que l’on n’a rien à perdre, tout devient ainsi plus simple. C’est dans ce cas précis que l’on devient vraiment fier de ce que l’on a pu entreprendre.
  5. Suivre des personnes inspirantes. Il n’y a rien de mieux que de se faire guider par des personnes qui osent entreprendre, se lancer dans un projet ou voulant se mettre au défi. C’est grâce à des histoires inspirantes qu’il devient alors plus facile de créer son propre chemin.
  6. Visualiser sa propre réussite. Nous sommes parfois durs avec nous-mêmes. Alors que nous avons réussi ou que nous sommes sur le chemin de la réussite, nous en voulons alors toujours plus. Pour justement faire un point sur sa situation réelle, il est important de savoir se poser pour lister ce que l’on a déjà réussi. Et si l’exercice vous paraît un peu compliqué, n’hésitez pas à demander l’avis de l’un de vos proches. C’est parfois en prenant un peu de recul que l’on se rend compte du chemin parcouru.

Vous l’avez compris, les croyances limitantes restent de véritables obstacles pour l’accomplissement personnel. Il est important d’en prendre conscience, puis de les dépasser pour avancer. En parvenant à se détacher de nos peurs, les objectifs deviennent finalement plus faciles à atteindre. Et si l’échec vient pointer le bout de son nez, autant envisager cette épreuve avec diplomatie, comme une forme d’apprentissage.