homme triste se tenant la tete

Les signes révélateurs d’une tendance à l’autodestruction

Se faire du mal à soi-même n’est pas logique. C’est pourtant l’autodestruction que choisissent certaines personnes quand elles ne trouvent pas de solutions à leurs problèmes. En s’agressant elles-mêmes, elles lancent alors une forme d’alerte. 

Autodestruction : définition

L’autodestruction reste inconsciente la plupart du temps. Cette réaction négative correspond à une certaine colère que nous n’arrivons pas alors à exprimer. Freud démontra d’ailleurs que si nous avons tous le souhait de développer le bonheur, nous exprimons à un moment donné un certain déclin. Il s’agit alors de petites ou de grandes formes d’autodestructions. Dans chacun de nous, nous pouvons retrouver ces deux penchants, comme un tiraillement entre le bien et le mal.

Quand les conflits intérieurs, avec des émotions et de la douleur, deviennent trop présents, certaines personnes choisissent de se rebeller. Elles font alors le choix de se faire du mal. Si les causes de l’autodestruction peuvent être connues, encore faut-il savoir faire le lien avec les différentes blessures existantes. En vivant des événements éprouvants, des traumatismes peuvent naître, pouvant ensuite aller jusqu’à l’autodestruction psychologique. Ces traumatismes deviennent alors difficilement gérables pour la personne elle-même.

L’autodestruction, en psychologie, se voit à travers des idées ou des actes. Sans vraiment le vouloir, des pensées naissent alors à l’insu de la personne.

Autodestruction : symptômes et causes

Différents symptômes de l’autodestruction expliquent pourquoi une personne en souffre beaucoup.

  • Ne pas savoir exprimer ses émotions 

Ne pas parvenir à exprimer ce que l’on ressent peut être un facteur important pour aller ensuite vers l’autodestruction. Garder tout pour soi, sans dire ce que l’on pense vraiment, peut donc avoir des effets très néfastes pour la suite. Et, au fil du temps, il devient alors de plus en plus difficile pour la personne de parler. Pourtant, le fait d’exprimer ce qu’elle ressent l’aiderait vraiment à aller mieux et à ne pas se faire de mal. Ces blocages émotionnels impactent la vision négative de la vie et n’aident pas à se libérer de cette colère intérieure, vraiment enfouie.

  • Avoir des difficultés à se sentir serein 

Jamais vraiment satisfaite et heureuse de la vie, une personne tendant à l’autodestruction ne parvient pas vraiment à être sereine. Voyant plus souvent le verre à moitié vide, plutôt qu’à moitié plein, elle n’arrive pas à se sentir bien, même quand il n’y a pas de raison. Inquiète de nature, elle vit alors dans le stress, sans vraiment parvenir à prendre de bonnes habitudes pour vivre heureux.

  • Faire passer les autres en priorités

Une personne vouée à l’autodestruction s’oublie trop souvent. Ainsi, elle pense qu’il vaut mieux faire passer les autres, avant soi-même. Répondant aux sollicitations diverses, elle s’engage alors à aider, quitte finalement à se fatiguer. Elle se sacrifie véritablement et investit corps et âme dans ce qu’elle fait, quitte à ne pas se sentir bien par la suite. N’écoutant pas réellement ses propres besoins, son trop plein d’investissement peut en fait révéler une forme d’autodestruction. Ce sacrifice extrême n’est pas vraiment rationnel.

  • Avoir des difficultés à créer de belles relations

Les liens entretenus avec les autres peuvent être compliqués pour une personne attirée par l’autodestruction. Ainsi, le fait de créer de belles relations peut être compliqué pour elle. Si l’autodestruction de couple peut se faire sentir, le mal être peut-être aussi ressenti dans toutes les formes de relation. Nouer de vrais liens sociaux devient alors compliqué en amitié, dans le milieu professionnel ou bien au sein même de sa propre famille. 

Se posant trop de questions et ne cherchant pas à s’ouvrir davantage, ce type de personne voit en la relation aux autres un côté néfaste. Une personne au comportement autodestructeur préfère bien souvent se désengager de la relation et se mettre en retrait. Elle a finalement peur qu’on lui fasse du mal. Un certain isolement se met ainsi en place, tout simplement parce qu’elle ne se sent pas digne d’être aimée. Et même si tout va bien, les relations sont finalement difficiles à entretenir. 

Hypersensibles à l’autodestruction, ces personnes préfèrent se mettre en position de victime. Le fait de détruire à chaque fois les relations est une manière de tendre à l’autodestruction. Des difficultés passées ont alors pu atteindre la personne pour en arriver là. Ces traumatismes se retrouvent ensuite dans la relation aux autres. Ainsi, ces personnes ne se considèrent pas dignes d’amour et de confiance. Elles réagissent donc ensuite à l’extrême.

Si vous avez des difficultés pour nouer des relations sociales et que vous souhaitez améliorer ce point, n’hésitez pas à vous faire accompagner. Nos spécialistes en relations humaines se feront une joie de vous aider anonymement, grâce à la consultation audiotel à distance.

femme ayant la tête bandée

  • Se tourner vers l’alcool, la toxicomanie, l’automutilation…

Soigner un comportement autodestructeur, c’est trouver les failles à l’origine de cette réaction. Et quand autodestruction et alcool s’associent tous deux ensemble, c’est un parcours dévastateur qui s’engage alors. Le fait de sombrer dans l’alcool est une vraie réponse destructrice, ne pouvant bien souvent pas s’exprimer autrement. D’autres réponses de dépression et de comportement autodestructeur se retrouvent comme la toxicomanie ou bien l’automutilation par exemple. Véritable test d’autodestruction, ces actes sont une manière de contourner la souffrance et d’y faire face.

  • S’opposer aux autres et se faire remarque

S’il y a bien un autre point que l’on ne peut pas manquer chez une personne autodestructrice, c’est sa faculté à se faire remarquer. Quand elle est en groupe, elle ne peut pas ainsi s’empêcher de se faire remarquer. Elle a tendance en fait à s’opposer aux autres, à s’énerver rapidement et parfois à même devenir agressive. Cette agression peut finalement naître verbalement ou bien physiquement. Et après s’être emportée, une personne autodestructrice s’en voudra d’avoir réagi ainsi et éprouvera ensuite des remords. Elle voudra alors se faire pardonner. Elle passera surtout du temps à cogiter à la façon dont elle aurait dû réagir et à comprendre ce qui n’a pas été fait correctement.

  • Réagir de façon impulsive

Si, à chaque fois, même quand les objectifs sont réalisés, une déception est ressentie, l’autodestruction est peut-être présente. Ce grand vide correspond en fait à une forme de manque. Ne trouvant plus les sensations vécues en pleine action, la personne tendant à l’autodestruction se retrouve ensuite malheureuse, en étant lasse de son existence. Elle n’arrive d’ailleurs pas vraiment à se réjouir de ce qu’elle vient de réussir et n’est jamais vraiment satisfaite.

  • S’apitoyer sur son sort et se négliger

Voyant les autres comme des êtres à l’origine de conflits, cette catégorie de personnes est bien souvent au départ des tensions. Les personnes autodestructrices aiment se confronter aux autres, se mesurer et se comparer, en sachant pertinemment qu’elles vont perdre. En se mettant en position de faiblesse, il s’agit en fait d’une forme d’autopunition. Ce profil pense ensuite perdre forcément, pour s’apitoyer sur son sort. Et en se comparant toujours aux autres, les personnes autodestructrices s’oublient alors. Elles ne cherchent pas à se valoriser, mais plutôt à paraître moins bien que les autres. Ne sachant pas vraiment prendre du temps pour elles, elles préfèrent alors se négliger. Ne sachant pas également à être bienveillante envers elles-mêmes, elles ne cherchent pas non plus à s’améliorer et à aller mieux. Le quotidien s’enfonce alors dans une certaine routine, constituée de doutes et de questionnements. D’une façon générale, ce type de personne préfère se montrer en position de victime, sans chercher à combattre réellement ce qui lui arrive.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires