AU
SOMMAIRE

Êtes-vous addict au sexe ?

levres de femme sur une fraise

L’addiction au sexe : comment se définit-elle et comment en sortir ?

Vous estimez être accro au sexe, vous aimez les images crues, les sites coquins… Vous vous demandez peut-être, si vous souffrez d’addiction sexuelle ? Mais, à quoi correspond réellement l’addiction au sexe ? Quels sont les dégâts occasionnés par un besoin excessif de sexualité et concrètement, est-il possible de sortir d’une addiction sexuelle ?

Voici quelques éléments pour comprendre le fonctionnement d’un addict au sexe et l’aider à retrouver une vie plus sereine.

L’addiction au sexe : une dépendance tabou

C’est un fait, certaines personnes ont besoin de plus de sexe que d’autres !  On parle alors de personnes hypersexuelles. Ces addicts sexuels ont ainsi besoin de pratiquer bien plus souvent que les autres. Ce grand appétit peut aussi bien être vécu dans une histoire de couple, qu’en solo, par la multiplication des conquêtes amoureuses.

Les personnes qui souffrent d’addiction sexuelle sont très souvent dans le déni. Puis force est de constater que parler de ce genre d’addiction reste encore tabou et difficile pour grand nombre d’addicts. Même si au premier abord, l’addiction au sexe peut faire sourire, il ne faut pas sous-estimer pas la souffrance qu’elle peut engendrer chez son sujet. Ces rapprochements physiques et charnels restent alors un véritable besoin, pouvant même aller jusqu’à détruire la personne elle-même. L’addiction au sexe n’est pas nouvelle et certains spécialistes l’ont déjà examiné dès le XXe siècle, pour ensuite la nommer « hypersexualité ».

Aujourd’hui, on compterait de 3 à 6 % d’addicts au sexe dans la population active sexuellement, dont une grande majorité d’hommes.

À quoi correspond une addiction au sexe ?

Si vous vous demandez si vous faites partie des addicts au sexe, sachez qu’il n’existe pas de règles précises en la matière. En effet, le sexe fait partie de la nature de l’homme, c’est donc un besoin primaire, au même titre que manger ou dormir par exemple.

Aussi, pour définir le terme d’activité sexuelle, difficile d’établir une définition précise, entre une relation sexuelle classique ou la masturbation par exemple. Mais une masturbation intense, pouvant dépasser dix fois par jour, semble être l’un des premiers symptômes d’une addiction au sexe. Le deuxième élément à prendre en compte est le besoin de changer souvent de partenaire et de multiplier fortement le visionnage de vidéos pornographiques en ligne. Pour les personnes vivant en couple, les mises en scène sexuelles peuvent aussi se multiplier et devenir de plus en plus présentes. Et il faut dire que le sexe sur Internet offre de multiples possibilités, entre les vidéos pornographiques à regarder ou encore l’échange vidéo avec d’autres interlocuteurs, comme le cybersexe ou l’onlinesexe, par exemple. Ces pratiques sont de plus en plus répandues, notamment depuis le début de la pandémie mondiale. En effet, beaucoup de gens se sont tournés plus qu’avant vers le web, pour assouvir leurs envies. Et il faut dire que cette cyberdépendance facilite encore plus l’accès au sexe, ne permettant pas vraiment d’aider le quotidien des personnes souffrant de cette addiction, mais plutôt de l’entretenir.

Quels sont les impacts de l’addiction au sexe ?

Être addict au sexe, c’est subir une addiction. Ainsi, il faut comprendre d’une façon générale l’addiction, comme un besoin incontrôlé de devoir répéter toujours le même geste. Comme toute autre addiction, celui du sexe en fait partie, sous une forme d’impulsion. Mais la grande différence de l’addiction au sexe, par rapport à l’addiction au tabac, à l’alcool, aux drogues ou bien au sucre par exemple, c’est qu’elle existe sans dépendre d’un produit. Cette dépendance, plus comportementale, ne comporte pas moins de risques et reste un vrai sujet à traiter. L’autre grande différence réside dans le fait que l’addiction sexuelle est totalement taboue. Peu de personnes osent parler de leur addiction au sexe, car le sujet reste peu évoqué, faisant alors naître un sentiment de honte pour le principal intéressé.

Ces envies de rapports sexuels trop importants peuvent alors avoir des effets néfastes sur certaines personnes. En effet, certains individus se trouvent piégés en étant addicts au sexe, car ils ne ressentent pas de véritables satisfactions, même après un rapport sexuel. Ils n’arrivent pas alors à trouver tout à fait ce qu’ils sont venus chercher, car ils en veulent toujours plus. À peine terminé l’acte sexuel, ces personnes cherchent alors à en reprogrammer un autre. Pensant éprouver un plaisir plus intense, elles parviennent finalement à faire l’inverse et rendent ce plaisir banal, ne parvenant plus à se satisfaire. Malgré la multiplication des rapports sexuels, un addict au sexe peut tomber dans la déprime, voire dans la dépression. Il n’est d’ailleurs pas rare que cette addiction au sexe s’accompagne d’autres addictions, comme l’alcool ou la prise de médicaments par exemple, dans un souhait alors de vouloir atténuer la première addiction.

Comment sortir d’une addiction sexuelle ?

Même si le sujet reste tabou, il est très difficile de sortir seul d’une addiction au sexe. Pour cela, il est important d’en parler à un docteur, il peut s’agir de son médecin généraliste, mais aussi d’un psychologue ou d’un psychiatre. Car il faut souvent beaucoup de séances et de temps pour sortir d’une telle addiction et reprendre ensuite confiance.  Bien souvent, les personnes souffrant d’addiction au sexe ne se trouvent pas normales. Mais une analyse du comportement et des besoins permet de mieux contrôler les pulsions, pour trouver un certain équilibre au quotidien. Et pour éviter de faire souffrir son conjoint aussi, une prise en charge médicale est importante pour un addict au sexe. En effet, une personne souffrant d’un tel trouble peut, malgré elle, faire subir un enfer à sa moitié. Le couple peut même aller jusqu’à la rupture si une solution n’était pas trouvée. Grâce à une meilleure connaissance de ce trouble, il est aujourd’hui possible d’accompagner les personnes sur la durée, pour trouver des solutions et l’aider à aller mieux. C’est d’ailleurs dès le XXe siècle que les psychanalystes ont creusé ce sujet, permettant aujourd’hui d’avoir un peu plus de recul. Pour bon nombre d’addictologues, ce besoin omniprésent de sexe est une pathologie à part entière. En ce sens, ils estiment que l’addiction au sexe mérite d’être traitée afin qu’elle n’exerce plus aucune influence négative sur la personne et son entourage.

Si vous éprouvez des difficultés à vous confier à vos proches sur le sujet, sachez que des experts sont à votre écoute 7j/7 & 24h/24. N’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier d’une consultation par téléphone en tout anonymat.

Cet article peut également vous intéresser :

Vivre avec une personne dépendante : les comportements à adopter. 

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments